LES SUDISTES A LA MONTAGNE

Bien sûr, nous avons des montagnes dans le sud. Il y a même de la neige, pour tout vous dire. Mais là, je parle de HAUTE montagne : j’ai nommé la Suisse !

Voilà donc nos petites sudistes parties, non sans une discussion préalable sur le temps (on parle tout le temps de la météo chez nous !) pour savoir s’il allait faire VRAIMENT froid ; si 5°C, c’était vraiment froid ; ou quel genre de vêtements il fallait prendre … Pensez donc, quand vous avez une moyenne de 12° pendant tout l’hiver, avec des pointes à 20°, dur dur d’imaginer LE FROID 🙂

Finalement, nos bagages se sont tout de même enrichi d’écharpes (légères), de bottines (plutôt classes et, nous devions le découvrir par la suite, non imperméables) et de chaussettes de coton épais (Laine ? Connais pas !).

En Suisse, nous nous sommes trouvées perchées dans un petit nid tout de bois vêtu, un peu en altitude (heureusement, le plus proche voisin était un lama, la bête, j’entends) et … surchauffé. Qu’à cela ne tienne, nous nous sommes consolées avec le chocolat dont le logis était abondamment pourvu.

Tout allait bien, jusqu’à ce que … le troisième jour de notre périple, nous sommes sorties comme d’habitude, balayant le temps d’un revers de gant (un seul, l’autre s’était perdu en route). Des nuages, que des nuages …  Nous étions bien décidé à profiter de la journée.

Mais le temps en décida autrement. Soudain, les nuages se transformèrent en véritable tempête de neige, piégeant nos infortunées sudistes loin de leur pied-à-terre … et sans pneus neige. Pour notre défense, sachez que c’est tout de même difficile d’imaginer une tempête de neige lorsqu’on a 20° à l’extérieur, comme c’était notre cas avant de partir. Précisons aussi que c’était la première véritable chute de neige de la saison sur la lac Léman, et que beaucoup de Suisses ont eux-mêmes été pris au dépourvu (oui, oui !), voire pris au piège.

L’aventure s’est soldée dans un garage, après plusieurs montées qui nous ont vues faire un usage intensif du frein à main (et de la prière), et une descente qui n’en finissait plus (6 kms) … Indemnes, secouées, nous avons tout de même trouvé des pneus neige pour encourager un peu la voiture et nous porter sur des chemins toujours moins bien déneigés, jusqu’à un toit et un bon chocolat chaud.

Parlez-moi de dépaysement …

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s