Chroniques de l’été

Hier, alors que j’arrosais, le chat du voisin s’est pointé. Le gros, celui qui a le ventre qui traîne et qui est couleur caca d’oie. Bon, là, j’exagère peut-être un peu. D’abord, je l’ai un peu mouillé ; puis, j’ai regardé notre chat, pour voir s’il allait au moins défendre son territoire. Mais même pas. Il est parti se balader avec ce grand chat affreux. Après quoi, je lui ai dit : “Dis, tu pourrais pas choisir un peu tes fréquentations ?”

DSC_0008

Lui, c’est notre chat. C’est son premier été. Et il faut tout lui apprendre, y compris de boire suffisamment. Pour cela, je dois tremper mes doigts dans sa gamelle et lui faire lécher ; puis, il se met à boire.

Régulièrement, je lui mouille la fourrure, histoire de le rafraîchir. A ces moments-là, je me sens l’âme d’une maman. D’ailleurs, la vraie, la mienne, m’a suggéré de le passer sous la douche. Devant mon refus, elle a dit : “Je vais voir si ta soeur veut se faire griffer avec moi.” Ma soeur, elle a renchérit : “On pourrait l’enfermer dans la cabine de douche, pour ne pas se faire griffer …” Outrée de telles idées, j’ai usé de toute mon autorité de patronne (du chat) pour y opposer mon véto le plus ferme.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s