Codette & Colette

Depuis environ un an, l’idée me travaille d’ajouter quelques gallinacées à notre foyer. Principal obstacle : le poulailler. Après avoir exploré maintes options, prête à baisser les bras, j’ai fini par apprendre que la mairie donnait des poulaillers, pour peu qu’on veuille adopter deux pensionnaires. Aussitôt dit …

Etape 1 : MONTER LE POULAILLER

Me voici en possession de mon poulailler. Si on m’avait dit qu’il fallait le monter … Je défais méticuleusement chaque paquet de planches, avant de réaliser que le fabricant avait certainement une idée derrière la tête pour faire ces paquets : un toit, un nichoir … Je suis parti du mauvais pied, vite, réorganisons tout cela !

Maintenant, voyons le mode d’emploi. D’abord, comment se fait-il que les mensurations ne correspondent pas ? Sans compter que le poulailler du schéma n’a rien à voir avec le mien … Quant au petit parc inclus, il ne peut qu’être agrandi ; c’est des poules que je veux, pas des criminels en cellule d’isolement ! Quoique ce serait efficace face aux prédateurs !

Etape 2 : LES PENSIONNAIRES

Une fois ces divers écueils derrière moi -je vous passe les recherches qu’ont nécessitées le foin, la nourriture et les accessoires- il est temps d’aller chercher ces fameuses poules ! Comme on dit chez moi, quand on les aura enfin, de quoi on parlera ?

A la ferme, ni une ni deux, l’éleveur empoigne deux poules par les ailes et me les entasse dans un carton à peine plus gros qu’une boîte à chaussures. “C’est tout ce qu’il vous fallait ?” Moi qui m’était tellement préparée à les accueillir, je m’attendais au moins à une cérémonie !

Etape 3 : L’AMMENAGEMENT

La boîte à chaussures a fait le chemin du retour avec moi et ses occupantes se sont vues présenter leur hôtel particulier.

Maintenant, je les observe à travers le grillage … Pas de réaction. Elles se sont empilées dans un coin. Je les comprends, si on m’avait traitée comme ça … Leur auge est à 50 cm, mais comme elles n’ont pas l’air de la voir, je la leur mets sous le nez. Il ne faudrait pas qu’elle meurent de faim le premier jour !

Bon, les Cockdoodles, je vous laisse à votre adaptation et je m’en vais vous trouver un nom : Chicken & Run, Tic & Tac, Cot & Codette … Ma mère dit que les poules, c’est bête. Du coup, j’ai même pensé à les appeler Einstein et Freud, pour relever le niveau …
Finalement, nous nous sommes décidées pour Codette et Colette.

Eau : fait. Nourriture : fait. Foin : ok. Ah, il faudra aussi que je leur présente le chat …

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s