L’ATTENTE DES VIGNES

Montfort (7) (1280x626)

Advertisements

LES SUDISTES A LA MONTAGNE

Bien sûr, nous avons des montagnes dans le sud. Il y a même de la neige, pour tout vous dire. Mais là, je parle de HAUTE montagne : j’ai nommé la Suisse !

Voilà donc nos petites sudistes parties, non sans une discussion préalable sur le temps (on parle tout le temps de la météo chez nous !) pour savoir s’il allait faire VRAIMENT froid ; si 5°C, c’était vraiment froid ; ou quel genre de vêtements il fallait prendre … Pensez donc, quand vous avez une moyenne de 12° pendant tout l’hiver, avec des pointes à 20°, dur dur d’imaginer LE FROID 🙂

Finalement, nos bagages se sont tout de même enrichi d’écharpes (légères), de bottines (plutôt classes et, nous devions le découvrir par la suite, non imperméables) et de chaussettes de coton épais (Laine ? Connais pas !).

En Suisse, nous nous sommes trouvées perchées dans un petit nid tout de bois vêtu, un peu en altitude (heureusement, le plus proche voisin était un lama, la bête, j’entends) et … surchauffé. Qu’à cela ne tienne, nous nous sommes consolées avec le chocolat dont le logis était abondamment pourvu.

Tout allait bien, jusqu’à ce que … le troisième jour de notre périple, nous sommes sorties comme d’habitude, balayant le temps d’un revers de gant (un seul, l’autre s’était perdu en route). Des nuages, que des nuages …  Nous étions bien décidé à profiter de la journée.

Mais le temps en décida autrement. Soudain, les nuages se transformèrent en véritable tempête de neige, piégeant nos infortunées sudistes loin de leur pied-à-terre … et sans pneus neige. Pour notre défense, sachez que c’est tout de même difficile d’imaginer une tempête de neige lorsqu’on a 20° à l’extérieur, comme c’était notre cas avant de partir. Précisons aussi que c’était la première véritable chute de neige de la saison sur la lac Léman, et que beaucoup de Suisses ont eux-mêmes été pris au dépourvu (oui, oui !), voire pris au piège.

L’aventure s’est soldée dans un garage, après plusieurs montées qui nous ont vues faire un usage intensif du frein à main (et de la prière), et une descente qui n’en finissait plus (6 kms) … Indemnes, secouées, nous avons tout de même trouvé des pneus neige pour encourager un peu la voiture et nous porter sur des chemins toujours moins bien déneigés, jusqu’à un toit et un bon chocolat chaud.

Parlez-moi de dépaysement …

L’ALLEMAGNE VUE DU SUD

On raconte :

Quand on est allés en Allemagne [c’était précisément lors de la chute du mur de Berlin], il faisait un froid ! Ca faisait peur ! On s’entassait dans les voitures et on voulait pas sortir.

Quand on rentrait à l’hôtel, on avait des glaçons qui nous pendaient au nez. Et à l’intérieur, il faisait tellement chaud, 30°C, incroyable ! On avait qu’une envie, c’était de se mettre tout nu !

En Allemagne de l’ouest, c’était d’un luxe ! Le contraste avec l’Allemagne de l’est était très grave !

CRECHES EN PROVENCE

Le sujet est traité un peu tardivement, mais comme il me reste sur la conscience, je me dois d’y consacrer une page … En décembre dernier, je suis allée assister à un concours de crèches, dont vous trouverez quelques exemples ci-dessous. Bien sûr, l’incontournable crèche traditionnelle était présente, avec notamment”le ravi”, personnage un peu simplet et innattendu qui s’invite chaque année dans la tradition. On rencontrait aussi des versions de la crèche plus hétéroclites et modernes, dont une fabriquée à partir de coquilles d’oeuf …

“Tout cela, c’est bien beau (dans tous les sens du terme), vous dirait ma mère, mais pendant très longtemps, j’ai cru que Jésus était né en provence”. Certes, son pays y ressemblait beaucoup, avec ses vignes et ses oliviers. Mais était-il aussi clair de peau, parlait-il le provençal, comme on me le laisse entendre ?

J’aimerais connaître toute l’histoire …

VOITURES DANS LE SUD

Chacun le sait, le sud, c’est le royaume des vieilles casseroles et des belles bagnoles. “La cagassière” et “La mostra” se côtoient allègremment, mais gare à vous sur la route. Ou plutôt garez-vous ! Cédez le passage dans les ronds-points ou civilité sur les petites routes sans bas-côtés, ça n’existe pas. Quant à faire réparer votre voiture si vous venez en vacances, n’y pensez pas. Vous risqueriez de vous retrouver … sur le carreau. Voyez plutôt :

003 (1280x853)

005 (1280x853)

SUR LA PHILO, PRENDRE SON PIED & COHN-BENDIT

A la maison, on discutait philosophie :

“Au pire, la philo, ça va pas t’éclairer, ça va te détraquer.
– Ah ouais, tu te souviens, ce reportage où on voyait des gens bouffer des frites ; ils disaient ‘On est épicurien ! ‘
– C’était ça, en mai 68, renchérit maman, qui était à l’université à cette époque. Cohn-bendit, il disait ‘Prendre son pied’.
-En danse classique aussi, ça existe, prendre son pied. Tu le prends et tu le lèves !”

RETROSPECTIVE DES REPAS DE FETE

A table, à la fin d’un bon repas.

Charlotte : J’ai trop mangé, je vais exploser.
Maman : Je vais te faire une tranche de poulet !
Charlotte : Ah non, si tu me fais manger plus, je vais devenir agressive.
Juliette : Un foie gras de Charlotte …
Charlotte : Tu me gaves !

C : Maman, tu me fais mon café ?
M : Ok ! …. (Un peu plus tard) Charlotte, tu viens ? Ton café, il est fait, mais je le boirai pas pour toi !

ON A PERDU LE CHAT

La voisine, à qui je demandai si elle avait vu mon chat, me répondit :

« Et oui, il y a des fous qui tuent les chats. Moi, j’en ai deux qui ont disparu. »
Merci madame, je me sens mieux maintenant.

Ou alors … c’est la même histoire que le chat mégalo de Gad Elmaleh (sketch : Les chats ne servent à rien). Si je mets une image de lui à la porte, ça suffira peut-être à le ramener ? Voyez plutôt …

MAMAN EST MALADE

« Je n’en reviens pas tout ce qui sort de mon nez. Je dois en avoir plein la tête ! »

Maman malade, trempe sa cuillère dans le miel.
Juliette (à sa soeur) : « Je te conseille de ne pas manger de miel ! »
Coryza : définition par maman : c’est quand on éternue à se faire sauter la tête.

Juliette : Maman, n’essaie pas de ressembler à un mannequin quand tu es malade !